"Les Fotes Dortografe au travail : au secours, Molière!"

Malmener l'orthographe et la syntaxe de la langue française peut bloquer l'accès à des postes d'encadrement, préviennent nos experts du Syntec conseil en recrutement.

Pourquoi le niveau est-il devenu si bas? Jadis un simple certificat d'étude justifiait d'une écriture stylée et de la maîtrise de l'orthographe. Mais aujourd'hui, un bac+5, voire un diplôme d'une grande école, n'est en aucun cas le garant de la bonne utilisation de la langue de Molière. Et pourquoi faut-il parfois une loupe ou s'appeler Champollion pour lire une simple lettre de motivation manuscrite? Où sont passées ces belles anglaises rondes et liées? 

Les seules matières reconnues et par lesquelles se fait la sélection sont aujourd'hui les mathématiques et les sciences. Les bacs littéraires sont loin d'être les voies royales pour les classes préparatoires. Textos, langage Internet, abréviations... Les mots de plus de six lettres passent à l'échafaud. Plus le temps de tout écrire au risque justement de ne plus savoir comment écrire. 

Toutes les lettres sont présentes, mais dans le mauvais "sesn" 

Les emails ne sont pas relus, toutes les lettres sont présentes, mais dans le mauvais "sesn". Les abréviations font partie du quotidien: "ASAP", "A+" ,"SVP", "FYI"... Les correcteurs d'orthographe font ce qu'ils peuvent. Ils arrivent parfois à détecter les fameuses erreurs de participe passé mais pour le style, je doute que les développeurs Word y arrivent un jour. Il est cocasse de constater que le logiciel Word, pour le nom propre "Benabar" propose comme correcteur "Babar". 

Il faut aller vite. Réagir immédiatement. Une absence de réponse à un email dans les 24 heures entraîne un doute sur votre interlocuteur. Un non-rappel dans les trois heures après un message sur téléphone mobile semble suspect. Serait-ce un signe de manque de motivation? 

On ne demande jamais aux dirigeants de savoir écrire 

Il paraîtrait inconcevable qu'un cadre dirigeant aujourd'hui n'ait pas son ordinateur portable, son blackberry et son GPS intégré. En revanche, ni Maître Robert ni Maître Larousse, les deux garants de la langue française, ne font partie des accessoires indispensables du parfait dirigeant. On leur demande du charisme, du leadership, des capacités d'adaptation, un sens politique... mais jamais de savoir écrire. Et si la dictée de Bernard Pivot rentrait dans la présélection? Resterait-il, toujours, après, des candidats en short-list

Il faut savoir que nous, chasseurs de tête, sommes confrontés quotidiennement à ces problématiques qui peuvent parfois être bloquantes pour accéder à des postes d'encadrement. Alors soyez vigilants, relisez-vous et dans le doute, commandez pour Noël un Bescherelle et le Petit Robert! 

Par Wilhelm Laligant, pour Syntec conseil en recrutement